Carnet De Pop-Culture

Tout ce qui touche de près ou de loin à la culture populaire : Cinémas, Animations, Mangas, Comics, Jeux-vidéo ...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Steven Spielberg, le protogeek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gemini

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Steven Spielberg, le protogeek   Dim 2 Nov - 15:08



Le Royaume du Crâne de Cristal : A la base, je n'avais absolument pas prévu de voir ce film. Déjà car les critiques sont globalement mauvaises, et surtout car depuis le début du projet, je ne voyais pas l'intérêt de sortir un nouveau Indiana Jones, 20 ans après le dernier opus, avec un Harrison Ford qui ne rajeunit pas. Mais je voulais me faire mon opinion par moi-même.
Verdict : si je mets de côté ses incohérences en pagaille et la présence de Shia Laboeuf, il s'agit d'un parfait divertissement d'aventure, avec des méchants communistes, des cités perdus, et des combats à l'épée. Steven Spielberg fait le show, c'est du grand spectacle, et nous avons même droit à une vision de l'Amérique à l'époque de la chasse aux sorcières.
Le principal problème, c'est que c'est du Indiana Jones. Certes, c'était peut-être la seule franchise (avec Tintin ?) à pouvoir accoucher d'un tel mélange d'influences et d'aventures décomplexées, mais cela me fait quand même de la peine de voir ce héros finissant et une dernière scène qui me parait inimaginable le connaissant. Et je suppose que c'est le principal reproche qui a pu être fait à ce film : c'est du Indiana Jones, et à ce titre, tout ce qui n'était pas déjà dans les précédents opus apparaitra comme une trahison aux yeux des spectateurs ayant grandi avec eux (alors que le meilleur élément de La Dernière Croisade était aussi inédit). Mais si nous arrivons à l'oublier (ainsi que les failles béantes du scénario), Le Royaume du Crâne de Cristal est un plutôt bon métrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jetblack
Admin
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 30/10/2014
Age : 34
Localisation : Dans l'Espace

MessageSujet: Re: Steven Spielberg, le protogeek   Dim 2 Nov - 16:59

C'est quand même pas "le viol" annoncé comme dans South Park Laughing !!!

Le film respect son quotas d'aventures, de poursuites comme dans les trois autres opus ... La scène du frigo est moins absurde que celle du canoë de sauvetage dans le "temple maudit" en plus c'est un hommage au film de S-F des années 50 (d'ailleurs cette période est bien retranscrite, je trouve) !!

Et les extraterrestres c'est pas plus absurde qu'un mec qui arrache le coeur et un chevalier vieux de 500 ans dans une grotte. Je n'ai jamais considéré Indiana Jones comme "œuvre crédible", pour moi c'est un hommage avant tout aux Serials d'aventure des années 30 ! Après pour les clins d’œil je les trouve bien intégré dans la mise en scène (le logo Paramount, son père et Marcus, l'arche dans l'entrepôt ... sans oublier Marion ... mais c'est un élément clés du film).

Pour la scène de "la fureur de vivre" (qui avait fait hurlé des fanatiques d'Indy à sa sortie) elle ne dessert en rien le scénario. Le personnage de Shia Laboeuf est un cliché à la Marlon Brando dans "l'équipée sauvage". Je pense que c'est plus des références cinématographiques liées à cette période qui sont encrée dans l'esprit de Spielberg et de Lucas !

Non franchement ... j'avais (re)passé un bon moment devant et je l'ai réévalué à ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carnetdepopculture.blogspot.fr
Gemini

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Steven Spielberg, le protogeek   Dim 2 Nov - 17:30

Jetblack a écrit:
C'est quand même pas "le viol" annoncé comme dans South Park Laughing !!!
Tout-à-fait. Mais comme le dit fort justement l'AVGN dans une de ses vidéos, ce viol évoque plutôt les réactions outrées des spectateurs et des critiques ; eux ont vu un viol de la franchise par ses créateurs. Si c'est le manque de crédibilité et l'intrusion d'éléments nouveaux qui les dérangent, les mêmes auraient dû hurler d'horreur devant La Dernière Croisade, qui non seulement introduit un personnage inédit jamais évoqué auparavant - Henry Jones Sr - mais qui part loin dans le fantastique ; cela va que la saga avait déjà touché à la religion, et surtout qu'il est sorti dans la foulée des deux premiers. S'ils avaient attendu 20 ans, comme pour Le Royaume du Crâne de Cristal, il se serait fait défoncé aussi.
En soi, c'est un divertissement plus qu'honnête, et un film d'aventure comme on n'en fait plus ; hormis Le Secret de la Licorne, du même réalisateur. Dommage que le scénario ait autant d'incohérences.

Sortir un film Indiana Jones au XXIème Siècle, à moins de plonger dans le fanservice le plus gras - et encore - c'était la certitude de se faire défoncer par le public. Public avec des attentes énormes, mais aussi qui basent son appréciation des films d'origine sur des souvenirs, sur une nostalgie forcément plus belle que la réalité.
Ce serait comme sortir un nouveau Retour vers le Futur : le moindre élément inédit serait méprisé, il ne pourrait pas lutter contre sa propre légende.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gemini

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Steven Spielberg, le protogeek   Dim 2 Nov - 20:48

Cela me parait l'endroit approprié pour parler de cette production de Steven Spielberg.

Super 8 : Il m'a fallu un peu de temps pour m'y mettre, craignant que le film ne tienne pas la comparaison avec les Goonies et consort dont il s'inspire ouvertement. Mais comme je n'allais pas non plus bouder une production avec le logo Amblin en ouverture, et même si je ne suis pas super fan du travail JJ Abrams, je me suis laissé tenter.
La comparaison avec les long-métrages Spielberg / Kennedy / Marshall est évidente, mais pour le coup avec plus de lens flare et plus d'explosions. Beaucoup plus d'explosions. J'avoue que le dernier acte surprend pour cette raison, se montrant même plutôt osé.
A part ça, il s'agit d'une œuvre divertissante, gentiment nostalgique, et défendant une certaine vision du cinéma (paradoxalement pas du tout suivie par le réalisateur lui-même). Les années 70/80, une bande de gamins, des éléments qui vont plaisir à revoir à notre époque. L'ensemble est bien fait, agréable à suivre, donc je recommande chaudement. Pour moi le meilleur JJ Abrams à ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jetblack
Admin
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 30/10/2014
Age : 34
Localisation : Dans l'Espace

MessageSujet: Re: Steven Spielberg, le protogeek   Dim 2 Nov - 22:03

Je l'ai vu à sa sortie Super 8, (et j'avais rematé les Goonies avant pour l'occasion, peut-être une erreur) j'ai trouvé qu'il y avait des longueurs interminables dans ce métrage ! D'ailleurs j'avais été le voir avec des amis qui l'avait adoré à l'époque (et puis quand ils l'ont revu à sa sortie en vidéo, ils l'ont dévalué … Du coup j'ai peur de le revoir, c'est à double tranchant  Neutral )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://carnetdepopculture.blogspot.fr
Boubakar
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Steven Spielberg, le protogeek   Dim 2 Nov - 23:55

Gemini a écrit:
Cela me parait l'endroit approprié pour parler de cette production de Steven Spielberg.

Super 8 : Il m'a fallu un peu de temps pour m'y mettre, craignant que le film ne tienne pas la comparaison avec les Goonies et consort dont il s'inspire ouvertement. Mais comme je n'allais pas non plus bouder une production avec le logo Amblin en ouverture, et même si je ne suis pas super fan du travail JJ Abrams, je me suis laissé tenter.
La comparaison avec les long-métrages Spielberg / Kennedy / Marshall est évidente, mais pour le coup avec plus de lens flare et plus d'explosions. Beaucoup plus d'explosions. J'avoue que le dernier acte surprend pour cette raison, se montrant même plutôt osé.
A part ça, il s'agit d'une œuvre divertissante, gentiment nostalgique, et défendant une certaine vision du cinéma (paradoxalement pas du tout suivie par le réalisateur lui-même). Les années 70/80, une bande de gamins, des éléments qui vont plaisir à revoir à notre époque. L'ensemble est bien fait, agréable à suivre, donc je recommande chaudement. Pour moi le meilleur JJ Abrams à ce jour.

Globalement d'accord avec toi, c'est un film très plaisant. Quelque part, on imagine très bien dans ce film la jeunesse de J.J. Abrams et de son ami Matt Reeves voulant tourner à tout prix. J'ai surtout été frappé par cette future graine de star qu'est Elle Fanning (et la très belle scène de l'étreinte en zombie) et le court-métrage que l'on voit en entier au générique de fin.
Je l'ai vu il y a plus de deux ans, et ça reste un très bon souvenir.
Alors oui, c'est fortement influencé par Spielberg, mais je pense que, à travers ses jeunes héros, Abrams s'est projeté dans ce qu'il était à cette époque (il devait avoir 12-13 ans au moment de Rencontres du 3eme type, qui est une influence avouée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gemini

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 30/10/2014

MessageSujet: Re: Steven Spielberg, le protogeek   Lun 3 Nov - 8:08

En même temps, c'est une production Spielberg. C'est comme Real Steel : même si tu ignores qu'il a co-produit le film, cela pue son style à plein nez, tant la relation entre le gamin et son robot rappelle ce qu'il a pu faire par le passé. Le problème avec Real Steel, c'est que tu as 3 histoires qui ne se mélangent jamais : celle du père et de son fils (Shawn Levy), celle du fils et du robot (Steven Spielberg) qui est aussi la plus réussie, et celle des combats au montage épileptique façon clip pour donner de l'action violente. Pas vrai, Ialou ? Twisted Evil
Au moins, dans Super 8, la greffe fonctionne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xanatos

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 31/10/2014
Age : 38
Localisation : Val d'Europe

MessageSujet: Re: Steven Spielberg, le protogeek   Lun 3 Nov - 15:58

Plutôt d'accord avec vous Gemini et Jet: Indiana. Jones et le Royaume de Crâne de Cristal est un bon film d'aventures et sûrement pas la purge purulente décriée avec autant de virulence et d'exagération par ses très nombreux détracteurs.

Les acteurs sont bons (Harrison Ford est exceptionnel comme toujours dans le rôle de Indiana Jones), le scénario est très dynamique, drôle, fun et palpitant, les scènes d'action sont excellentes et bien filmées (on est loin des pitoyables scènes d'action de Batman Begins filmées avec les pieds)...

OK, ce n'est pas le meilleur opus de la tétralogie, je préfère le premier et le troisième épisode, néanmoins ce 4ème épisode est très plaisant et loin d'être déshonorant.
J'avais passé un excellent moment quand je l'ai vu au cinéma, et quand je l'ai revu à la télé sur Canal + avec mes parents et ma sœur, ils l'ont aussi beaucoup aimé.

Un bon film qui ne mérite absolument pas sa mauvaise réputation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lupiniii.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Steven Spielberg, le protogeek   

Revenir en haut Aller en bas
 
Steven Spielberg, le protogeek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carnet De Pop-Culture :: Général :: Cinéma-
Sauter vers: